Controverse sur la passation du test de QI avant l'âge de 6 ans

En ce qui concerne la petite enfance d’âge préscolaire (de 2 ans et demi à 5 ans et demi), la Psychologue Martine CLÉMENTEL a fait le choix,  de ne pas faire passer le test de Q.I.

En effet, la Psychologue considère qu’à l’âge de l’école Maternelle, la reconnaissance de la précocité intellectuelle au moyen de ce test,  est extrêmement aléatoire, pour ne pas dire « hasardeuse ».

Le jeune enfant n’est pas encore mature dans le contrôle émotionnel et ce qu’il vit à l’intérieur est encore très envahissant.

Sa pensée est en permanence en confrontation entre l’imaginaire, le symbolique et le réel, de manière vertigineuse et cela est nécessaire à son développement.

Point n’est besoin d’être « spécialiste » de la petite enfance pour constater que le jeune enfant, en bonne santé mentale, est capable de passer d’un état d’âme à l’autre, avec une rapidité étonnante et  parfois désarçonnante pour l’entourage.

Aussi, la charge émotionnelle du très jeune enfant est telle, qu’il semble périlleux de se fonder sur l’instant présent, au moment du test, pour en conclure à l’absence d’une précocité intellectuelle, pour y voir la présence d’un diagnostic « d’hyperactivité » par exemple...

De fait, à cette période « explosive » du développement de l’enfant, il n’est pas démontré que le test apporte une réponse fiable à l’hypothèse d’une précocité intellectuelle, malgré la structure élaborée des échelles de Wechsler.

Malheureusement, c’est souvent ce qui se produit lorsque ce test est passé durant la période pré-scolaire.

Aussi, la précocité intellectuelle n'ayant pas été reconnue en son temps, il n'est pas rare d'être obligé de faire repasser ce test plus tard.

En effet, certains enseignants suggèrent de vérifier l'hypothèse d'une précocité intellectuelle, ce qui nécessite cette nouvelle passation.

Avec le recul sur ce dilemme, force est de constater que la précocité intellectuelle ne se  révèle pas toujours vers  3- 4 ans au moyen du test, tandis que quelques années plus tard, vers 6-7 ans,fillettes lorsque l’enfant a effectué son passage à la Grande Ecole, moins submergé par ses émotions, il est alors davantage disponible.

C’est pour ces raisons que la Psychologue Martine CLÉMENTEL remet en cause la passation du test de Q.I. avant l'âge de 5 ou 6 ans, faute de quoi, la précocité intellectuelle risque de ne pas se révéler. 

Elle fonde son jugement sur plus de 20 années de pratique professionnelle.

 
     
 

Chaque personne est unique. Pour en savoir +

N'hésitez pas à appeler la Psychologue Martine CLEMENTEL

04 67 72 99 98

 

Retour à l'accueil

 

 

 

V28/10